La transe hypnotique

Le Praticien, vérifiera si l’état hypnotique est induit et si la personne est réceptive aux suggestions, pour se faire, il dispose d’indicateurs précieux.

  • Au niveau des yeux

Ils peuvent restés ouverts ou bien fermés, devenir rouges (Le rougissement des yeux est dû à l’augmentation du flux sanguin à travers les veines, provoquée par la relaxation des muscles des yeux), larmoyer (Il s’agit de l’augmentation de l’humidité, qui peut faire penser que la personne pleure, cet état est amené par la relaxation des muscles tenant les canaux lacrymaux), les paupières peuvent également cligner, les pupilles peuvent se dilater, le regard peut se focaliser…

  • Au niveau musculaire

Le tonus musculaire se modifie (Les muscles peuvent se relâcher ou au contraire se contracter, (état de catalepsie).

  • Au niveau du corps

Au cours de la séance, le sujet entre dans une zone de relaxation intense, son pouls peut impacter sur sa chaleur corporelle. D’une personne à l’autre cette sensation de chaleur ou de fraicheur varie.

  • Au niveau du visage, de la gorge et de la respiration

On observera d’autres changements, comme : des rougissements, un changement du teint, un visage détendu devenu plus symétrique, un ralentissement du volume respiratoire, des déglutitions répétées, un relâchement musculaire du corps, des bâillements, des ronflements, des spasmes, une économie de langage (l’état de conscience modifié étant fabuleusement plaisant et confortable, la personne n’a pas envie de parler, le fait de s’exprimer verbalement est un effort.

A ce moment, le Praticien installera un « Signaling », (communication non verbale)  mouvements  identifiés par le thérapeute.

Il est important de rappeler que le professionnel de la thérapie ou du coaching, de l’accompagnement vers le changement ne se substitue pas à un éventuel traitement médicamenteux, ce qui signifie que seul un médecin est habilité à décider si son patient doit poursuivre ou non son traitement.

L’hypnose, ne soigne pas mais aide simplement la personne, ce qui est déjà beaucoup.

 

Laisser un commentaire